Ruby Cube

18880341_10155344910841115_2328589894335488624_o.jpg

Créé dans un collège de Toulouse, le groupe français Ruby Cube est formé par 5 potes (Samson, Arthur, Joseph, Eliott et Christophe) amoureux de Rock et d’Électronique.

Commençant par jouer dans des caves et des garages et prenant pour nom un objet compliqué mais bien coloré, le groupe se veut soucieux de casser les codes et de s’inspirer de ses lives face au public. Foals, Metronomy ou encore The Cure se reflètent dans leurs productions tout en gardant une bonne part de personnalité. Ils sont là pour s’éclater, et vous faire découvrir leur monde d’énergie pure où la fête ne s’arrête jamais.

Sorti en septembre 2017, Flesh est un excellent premier album. À la suite de 7 ans d’écriture, de composition et de quelques singles, ils nous surprennent avec 10 titres qui sauront surement ravir vos tympans.

Certains deviendront probablement des tubes : Heartbeat ; Lobsters and CherriesEt d’autres resteront dans notre playlist perso pour notre plus grand bonheur : Utopia ; Blood in Love.

Dédicace spéciale au remix de Precious Stone par Kazy Lambist.

Publicités

Macédoine

Capture d’écran 2016-02-03 à 17.16.14

C’est dans la tête du jeune Jean-Philippe Lepage que le projet Macédoine a pris naissance, il y a quelques années. Cet auteur-compositeur-interprète québecois s’est entouré de très bon musiciens de l’université de Laval, pour produire des compositions funs et sympas.

On aurait pu croire que les paroles (ils ont un accent, non?) auraient été difficile à assurer, mais la maîtrise des textes ainsi que du rythme ‘groovy’ nous fait apprécier cette belle idée.
Se définissant comme un groupe de funk-rock baignant dans le hip-hop, ils nous rappellent cependant que le seul mot d’ordre reste le « groove ».

Leur premier album «  » est une production à l’ambiance bon-enfant, enregistré dans une cuisine, et qui sent bon le Québec.

Un petit plaisir pour un groupe atypique, mais très doué.

Petit kiffe pour ‘Dandine.

Skinshape (Interview)

1012726_10151808116978863_881570081_n

Big day with the very first interview on Label Pépite.
After reading our article, Skinshape (Will Dorey) has accepted to spend a bit of his time answering our questions which will give us the possibility to better get to know him.

(Version française plus bas)

Let’s dive straight into his world.

– Hi Will, with the small amount of information I could find on the internet I tried to make the best description I could. But how would you describe yourself ?

– Well so I’m 23, I live in London, I’m obsessed with sounds (…) never stopped recording ever since I’m 16 years old and I used to play in a rock band at school. When I was 16 I began to record my own stuff, just experimenting and that never really stopped.
So now, this year especially, I just spend so much time recording anything from ‘Skinshape’ to any other stuff.

– Do you play every instrument on your tracks ?

– With ‘Skinshape’ I attempt to play most of the instruments. I learnt the guitar first and I play the bass pretty well now but I’m not really into drums and that’s the main thing, so I get a drumer from Slovakia.
I use whatever I can play ! I’ve got a flute, lots of percussions, a sitar, I also can play keys quite well. And if I need, I can get a guest singer or if I can’t play a part of the keyboard I get a friend who’s much better.

– Why ‘Skinshape’ ?

– No particular reason, when I started that I thought « what would be a cool name ? » (I was sitting in my parents house) and that sounded quite cool, so I never changed !

– You just released a debut album with the label ‘Melting Records’, what did you try to do in this album ? what was your main inspiration ?

– Well to be honest it’s kind of a collection, I’ve done so many tracks that haven’t been released, so it’s the one that were the best and most ready for release.
I always do stuff in different styles so I thought : let’s get some stuff together that sounds like it would go together.
Some of my tracks have been made 3 years ago so I tried to make them sound better, one of the main things was clearing the drum samples. The label is also asking for a coercitive album and they didn’t want some tracks I chose for the release.
There wasn’t a massive goal in this debut album, the goal was more the sound of ‘Skinshape’.

– You also have your own reggae label called ‘Horus Records’, can you explain us what the project is about ?

– That started the summer of 2013, because it was difficult to get a label to sign you, you don’t wanna keep sending millions of emails to people who run labels saying « can you sign me ? can you sign me ? » and you never get replied. I then said to my friend « let’s start a label ! » so we can release stuff ourselves.
We had another friend making reggae and we loved it, so we released a song called ‘soul groove’ with a reggae side and a dub side made by a friend in Manchester.
Later we met someone who had some mastertapes of all Jamaïcan 1970’s stuff and he wanted to re release it. So we began to look for rare records and licensing them again for release. We’re slowly building ourselves.

– What’s the next step for you, are you working on a brand new ‘Skinshape’ album or more on ‘Horus Records’ ?

– Everything, always ! Yesterday I was working on a complete different project and later this week I’m recording with this band called ‘Palace’.
I basically do 3 projects : ‘Skinshape’, ‘Horus Records’ and ‘Palace’ where I play bass and sing with, it’s kind of a rock band and we are doing a tour of Europe next year. It’s always varied !

– Have you planned any gigs soon ?

– For ‘Skinshape’ there was, at one point, a live project but it’s kind of difficult to organise a band of 8 or 9 people so I just stopped. I wanted to focus on the music, recording first and maybe later get a live band like ‘Bonobo’ did. I only want to do live if I can do it properly.
For ‘Palace’ we would go to ‘Eurosonic’ and other festivals around Europe in january, we would come back in Paris in February. In summer we’re going to play in Glastonbury, tour Europe and going to America.
‘Horus Records’ have no lives either, it’s more about working on new projects and continue building up. We’re about to finish the second ‘Skinshape’ album and we already planned a third one.

– Thank you so much for your time Will and good luck with all of your projects !

– You’re welcome ! Thank you for sharing my music.

FRANÇAIS :

Grand jour aujourd’hui avec la toute première interview sur Label Pépite.
Suite à notre article, Skinshape (Will Dorey) a bien voulu nous accorder un peu de son temps pour répondre à quelques questions et vous permettre d’en savoir un peu plus sur cet artiste méconnu.

Alors plongez avec nous dans son univers musical !

– Bonjour Will, avec le peu d’information que j’ai pu trouver sur toi j’ai essayé de faire la meilleure description que j’ai pu, mais comment te décrirais-tu ?

– Alors j’ai 23 ans, je vis à Londres et je suis passionné par les sons. Je n’ai jamais arrêté d’enregistrer depuis l’âge de 16 ans, car je jouais dans un groupe de rock à l’école.
À cet âge-là, j’ai commencé à enregistrer mes propres trucs qui étaient, au début, très expérimentaux.
Aujourd’hui, et particulièrement cette année, j’ai passé beaucoup de temps à enregistrer toutes sortes de choses allant de ‘Skinshape’ à d’autres projets.

– Est-ce que tu joues tous les instruments dans tes morceaux ?

– Avec ‘Skinshape’, j’ai essayé de jouer un maximum d’instruments présents. J’ai appris en premier la guitare et maintenant je maîtrise bien la basse, mais mon problème c’est la batterie, je fais donc appelle à un batteur de Slovaquie.
J’utilise tous les instruments dont je suis capable de jouer : j’ai une flute, beaucoup de percussions, un sitar … Je peux aussi jouer un peu de piano et pour les morceaux plus difficiles je demande à un ami qui est plus fort que moi, et quelques fois quand j’en ai besoin, je fais appel à un chanteur.

– Pourquoi ‘Skinshape’ ?

– Il n’y a aucune raison particulière, quand j’ai commencé je me suis dit que ce serait un nom stylé. J’étais assis chez mes parents et j’ai pensé «quel nom pourrait être cool ?» puis je n’ai jamais changé.

– Tu viens tout juste de sortir ton premier album avec le label ‘Melting Records’, que voulais-tu montrer avec cet EP ?

– Pour être honnête, c’est une sorte de compilation, j’ai tellement de morceaux qui ne sont jamais sortis que j’ai pris les meilleurs et ceux qui étaient les plus aboutis.
J’ai toujours fait de différentes choses dans différents styles alors j’ai essayé de réunir des morceaux qui se ressemblaient et qui allaient bien ensemble.
Certains morceaux ont été composés il y a 3 ans, alors j’ai essayé de les améliorer. Une des choses principales était de retravailler les samples de batterie. Le label voulait un album cohérent et ont refusé certains morceaux que j’avais choisis pour le lancement.
Il n’y avait donc pas de but déterminé pour ce premier album, mais seulement le ‘style’ Skinshape.

– Tu es aussi le cofondateur du label de reggae ‘Horus Records’, pourrais-tu nous en dire plus à ce propos ?

– Tout a commencé l’été 2013, car c’était difficile de se faire signer par un label. J’en avais marre de ne jamais avoir de réponse aux millions d’emails que j’envoyais, alors j’ai proposé à un ami que l’on créé notre propre label pour produire nos propres trucs.
On avait un ami qui composait du reggae et qu’on aimait bien alors on a lancé une chanson qui s’appelait ‘soul groove’ avec un côté reggae et un côté dub produit par un ami de Manchester.
Plus tard nous avons rencontré une personne qui avait de vieux enregistrements jamaïcains des années 70 et qui voulait les relancer. Nous avons alors commencé à chercher des enregistrements rares pour les rééditer et c’est comme ça que nous avons commencé doucement à construire notre label.

– Quelle est la prochaine étape ? Es-tu en train de travailler sur le prochain album de Skinshape ou plutôt sur de nouvelle production avec ‘Horus Records’ ?

– Je travaille plein de choses en même temps ! Hier, je travaillais sur un projet complètement différent et en fin de semaine je vais enregistrer avec le groupe ‘Palace’.
En gros j’ai trois projets : ‘Skinshape’, ‘Horus Records’ et ‘Palace’ dans lequel je joue de la basse et je chante. ‘Palace’ est une sorte de groupe de rock qui va faire une tournée en Europe l’an prochain. Mes projets sont toujours très variés.

– Quelques dates de concert prochainement ?

– Pour ‘Skinshape’ il y avait, à un moment, un projet de concert mais il s’est avéré très difficile de coordonner un groupe de 8/9 personnes alors j’ai arrêté. Je voulais me concentrer sur la musique, enregistrer d’abord et peut-être, plus tard, construire un live comme ‘Bonobo’ a fait.
Je veux faire de concert que si je peux bien le faire.
Pour ‘Palace’ nous irons à ‘Eurosonic’ et d’autres festivals autour du mois de janvier ensuite on reviendrait à Paris en février. Cet été on va jouer à Glastonbury, on fait un tour d’europe et partons aux États-Unis.
Avec ‘Horus Records’ on ne fait pas de concert, c’est beaucoup plus centré sur le travail de nouveaux projets pour continuer à évoluer. À côté de ça, nous avons presque fini le deuxième album de ‘Skinshape’ et nous avons déjà planifié un troisième.

– Merci beaucoup Will et bonne chance dans tous tes futurs projets !

– Avec plaisir ! Merci à toi de partager ma musique.

Khruangbin

Capture d’écran 2015-11-13 à 17.41.29

Ce groupe au nom imprononçable est un trio de la ville de Houston, au Texas.
Laura Lee, Mark Speer et Donald Johnson se décidèrent à monter ce groupe en 2010, après une tournée avec le label Ninja Tune.

Puisant leurs influences de cassettes de Thaï-funk des années 60/70 et de BO de Tarantino, le trio en ressort un son clair et enjoué aux allures aussi bien psychédéliques que surf-rock.

On retrouvera dans ce premier LP The Universe Smiles Upon You’ un monde exotique et paisible, où la batterie languissante et les quelques textes, témoignent d’un travail bien fini.
Enregistré dans un grange au fin fond du Texas, Khruangbin nous livre aujourd’hui un album à son image : naturel et authentique.

Pépites : Two Fish and an ElephantDern KalaPeople Everywhere.

Skinshape

a0358482540_10

Très grosse découverte aujourd’hui d’un artiste époustouflant. Will Dorey est un gars de 23 ans qui, sous le nom de Skinshape, compose des choses incroyables. Basé à Londres, il n’est que très peu connu et pourtant ses créations nous laissent bouche bée. Le son qui en sort plane dans un genre de trip/hop, avec une batterie toujours omniprésente et des allures de rock old-fashion très sympathique.

Skinshape n’a sorti, pour le moment, qu’un unique « debut album » éponyme de sept productions chez Melting records, plûtot variées. Sa biographie nous apprend qu’il produit seul ses musiques, que ces dernières ont été enregistrées dans des chambres et des salons sauf pour la batterie et les percussions qui, quant à elles, ont été enregistrées en studio.
Cependant, il fait parfois appel à des musiciens ou chanteurs pour collaborer avec lui et créer les plus splendides paysages. Pour exemple, la chanteuse slovène Anina chante dans sa langue natale sur ‘Stabo’; ou encore le producteur londonien Aaron Paul prête sa voix sur ‘Sunday morning‘.

C’est donc un album impressionnant et tendre qui viendra nous rassurer dans ce monde et nous fera enfin dire que ÇA, c’est de la musique.
Pour finir on le gardera à l’oeil car son ascension va être, on l’espère, brillante mais aussi très intéressante.
En attendant, son « debut album » sorti le mois dernier est disponible ICI pour seulement 5 euros.

PLAY !

L’abum Skinshape  :

Boombox

BoomBox-1-Wakarusa-8mw-724x481

Nous nous attaquons aujourd’hui à un groupe très particulier de rock psychédélique et d’électronique.
Boombox est un duo américain qui s’est créé en 2004 par la rencontre de Zion Godchaux avec Russ Randolp.  Ces deux compères, depuis leur plus jeune âge, n’ont jamais quitté le monde de la musique. En effet, Zion a un diplôme d’ingénieur musical et Russ est chanteur, compositeur et producteur de musique depuis une dizaine d’années.
C’est donc en 2004 que ces derniers se rencontrent et forme cet impressionnant duo de rock psychédélique et électronique aux touches funk, soul, R&B et house.

Leurs compositions sont excellentes, les vinyles et ‘beats’ envoyés par Zion suivies de la guitare et de la faible voix de Russ nous détendent peu à peu, tout en entrainant un petit déhanché. Ces petits airs gentils et rythmés vous rappellerons surement des artistes comme Metronomy ou encore Foals.
Leur troisième album «Filling in the color», sorti en janvier sous le label Heart Of Gold Records, est plutôt réussi et reflète le style bien à lui de Boombox.

À écouter le matin pour se motiver tranquillement ou bien le soir pour être OKLM !

Très sympathique !

MàJ : et leur dernier EP ‘Beat & Pieces‘ sorti janvier 2016.

Merci Max !