Michele. (Interview)

Capture d’écran 2020-04-30 à 14.54.53.png

On a posé des questions à michele, une artiste libanaise de RnB / Neo Soul.

Passionnée par le chant depuis son enfance, elle sort aujourd’hui son premier EP « Our Story » pour partager ses émotions et ses pensées avec nous. Habitant à Dubaï, on a pu échanger avec elle sur son parcours, son intention artistique et la scène musicale aux Emirats. 

  • Bonjour michele, est-ce que tu as toujours habité à Dubaï ?

Salut Arthur! J’ai déménagé à Dubaï il y a environ 3 ans, je suis née au Liban où j’y ai fait mes études. J’ai vécu un an en Angleterre, à Leeds, et dès que j’ai trouvé du boulot à Dubaï c’est là que j’ai décidé de quitter et de m’installer aux Emirats pour de bon.

  • Peux-tu nous raconter ton parcours jusqu’à maintenant ? 

Mon parcours dans la musique a commencé très tôt. Je chante depuis que j’ai trois ans, dès que mes parents ont réalisé que j’avais du potentiel avec ma voix (surtout parce que je n’arrêtais pas de chanter apparemment haha) ils m’ont mis dans une chorale, ils ont même essayé de me faire apprendre le piano puis la guitare. J’ai eu 3 ou 4 profs de chant pour améliorer ma voix mais je pratique le chant professionnellement que depuis l’année dernière en 2019. J’étais trop timide et j’avais toujours peur de chanter devant une audience. Mais depuis l’année dernière, en janvier 2019, j’ai chanté à un événement “D3 Unplugged” avec des artistes connus de la scène à Dubaï et quelque chose a tilté chez moi, je savais que c’était le bon moment de commencer et de m’y mettre sérieusement.

  • Que fais-tu à coté de la musique ? 

En ce moment, je travaille en conseil dans une petite boite d’hôtellerie, on aide nos clients à ouvrir des restaurants ou cafés de A à Z. J’ai étudié la nutrition et la biotechnologie alimentaire, ma vie tourne autour de la bouffe. Chanter et manger, c’est tout ce qui m’importe dans la vie haha et le sarcasme.

  • Quel est ton intention dans ton projet musical ? 

J’étais toujours trop timide ou trop anxieuse de partager ma voix avec le monde. Ce que j’essaie de faire, maintenant que j’ai surmonté cette peur et le trac que j’avais quand je chantais devant les autres, c’est de créer le plus de contenu et de musique possible, de partager la musique que j’entends et de m’imaginer dans ma tête avec le monde et en faire quelque chose de crédible. En général, je veux communiquer à travers ma musique ce que je ressens, en espérant que les gens pourront se retrouver à travers cela puisqu’on est tous humains et on a tous les mêmes pensées, qui sont difficiles à exprimer à travers des mots. Je ne cherche pas à être une grande célébrité ou à être connue dans le monde – mais si ça arrive, je ne dirais pas non – mais mon but c’est de pouvoir dire plus tard qu’au moins j’aurai essayé.

             0d0a3987-1580789344896-scaled.jpg                     Capture d’écran 2020-04-30 à 16.53.45.png

  • Pourrais-tu nous parler de ton processus de création ? Est-ce que tu t’entoures d’autres personnes pour la production et l’enregistrement ? 

D’habitude, j’aime écrire mes chansons seule dans ma chambre. J’ai été dans des situations où je devais écrire une chanson dans une salle avec plusieurs personnes et ma créativité était limitée, je bloquais souvent et je n’étais pas très à l’aise, pas trop dans ma zone de confort. Mon processus est assez simple, rien de très complexe. Je commence par la mélodie, que ce soit une mélodie dans ma tête, que je crée au piano ou que je trouve sur Splice. Dès que je trouve un son qui m’inspire je commence à chanter, la plupart du temps je chante n’importe quoi, des mots et des phrases qui n’ont pas de sens mais qui riment, puis dès que je trouve la structure de la chanson avec son refrain je me mets à écrire. La plupart du temps je ne sais pas ce que j’écris, je commence par quelques premières phrases et quand je trouve le thème, j’adapte les paroles à ce thème et je me retrouve avec la chanson. Honnêtement mon plus grand obstacle c’est les paroles, j’ai souvent du mal surtout pour les rimes mais il faut bien commencer quelque part.

  • En observant l’explosion de nouveaux artistes sur les plateformes de streaming, quelle est ta technique pour te différencier des autres ? 

Je veux rester authentique, trouver mon son. C’est dur de se différencier ces jours-ci, il y a tellement de talents qu’essayer de se mettre en compétition avec tout le monde ne m’apporte pas grand chose. Alors je me bats avec moi-même, j’essaye chaque jour d’écrire une nouvelle chanson et de faire quelque chose de différent tout en essayant de rester fidèle à mes sons et au style de musique que je veux créer. Même si, bien entendu, je fais de la musique pour les autres, j’essaye de ne pas trop penser à ce que le consommateur veut écouter mais à ce qu’il pourrait apprécier et ressentir à travers ma musique. Je sais que si je reste fidèle à moi-même et à mon univers, cela me distingue automatiquement des autres et intéressera les bonnes personnes.

  • Que penses-tu de la scène musicale aux Emirats Arabes Unis ? 


La scène aux Emirats est encore jeune et nouvelle, on a beaucoup à apprendre et il y a beaucoup de structures qui doivent être mises en place par les artistes et par le gouvernement pour légaliser et reconnaître la musique en tant que profession. Mais en général le nombre de personnes talentueuses est incroyable, il y en a tellement. Juste le fait qu’il y ait un mélange de cultures et de sons, on a l’opportunité de créer un son unique dans ce pays et je trouve ça fascinant et très prometteur si c’est bien fait.

  • Une dernière chose que tu voudrais nous dire ? 

Je ne serais jamais arrivée où je suis aujourd’hui sans l’aide et le support de ma famille et de mes amis. C’est vrai qu’il faut dépendre de personne pour se lancer et travailler dur jusqu’à atteindre ses objectifs dans la vie, mais ça aide beaucoup quand quelques personnes croient en toi. Au moins je sais que je ne suis pas seule dans mon délire haha.

Merci michele pour cette petite discussion et on te souhaite beaucoup de réussite !

Vous pouvez écouter son nouveau projet « Our Story » ICI.

michele. · our story

HAUTE

22467766_1915763675339927_3376632850768683839_o.jpg

Un très beau projet made-in-France porté par deux amoureux de musique ayants grandi aux États-Unis. Anna Majidson est passionnée de jazz et Romain Hainaut de hip-hop, donnant naissance à Haute.

C’est au sein de l’université canadienne McGill à Montréal que le projet est né. Étudiants tout deux la musique et la philosophie, ils se rejoignent dans un projet haut en couleur, aux sonorités hip-hop/R’n’B.

Avant Haute, Anna était chanteuse et guitariste dans son propre groupe de Gypsy jazz puis elle se tourna vers le R’n’B et la Soul, et Romain était beatmaker. Au fil du temps il a pu mixer avec des artistes comme Synapson, Darius, A-Trak ou encore KlangkarusselLeur duo de haute-couture permet l’assemblage d’une excellente qualité vocale avec des productions travaillées qui plaisent et pourront s’adapter à de nombreuses circonstances.

Depuis leur premier single Down en 2014, Haute a sorti plusieurs titres et 2 EPs (2015/2016). Leur dernière bombe Shut me Down annonce peut-être la couleur d’un prochain album, enfin, on espère.